• Return to Newsletter Overview
  Newsletter  
 
  Bulletin sur la prÉvention et rÉduction de la violence armÉe Numéro 11, Avril 2010  
 
  Plaidoyer   Quantification et recherche   Programmes  
  Advocacy   Measurability   Programming  
 

Conférence d'Oslo: Annulation en raison des problèmes du trafic aérien

Rencontre du réseau de la Déclaration de Genève au Forum urbain mondial au Brésil

Table ronde de la Déclaration de Genève au Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime, Brésil

  

Déclaration de Genève: Atelier d'experts sur la violence contre les femmes

Le projet Bilan en matière de sécurité humaine (HSBA)

Oxford Research Group: Enregistrer les victimes des conflits armés

  

Brésil: Occuper les jeunes, c'est diminuer le taux des homicides

Kenya: Les programmes d'Oxfam GB intègrent la réduction des conflits et le développement

Sierra Leone: Colloque inter-agences sur les armes légères

Dialogue international sur la violence des jeunes et l'usage de couteaux

 
                         
  Publications  
 

Rising from the Ashes of Conflict

Poster Boys No More: Gender and Security Sector Reform in Timor-Leste

Land Tenure and Violent Conflict in Kenya

Guinea: Tackling the Crisis

EU-UN Cooperation in Peacebuilding: Partners in Practice?

Appel aux jeunes cinéastes

 
 
 
  Plaidoyer Advocacy  
 
 

A ce jour, la Déclaration de Genève a été adoptée officiellement par 108 pays, le Luxembourg étant le plus récent à y adhérer. En adhérant à la Déclaration de Genève, les Etats doivent s'engager à mettre tout en œuvre pour aboutir, à l'horizon 2015 à une réduction quantifiable de la violence armée. L'adhésion signifie aussi que les Etats doivent faire preuve de transparence et d'ouverture en ce qui concerne la nature et la gravité de la violence armée sur leur territoire.

 
 
     
 
 

Conférence d'Oslo: annulation en raison des problèmes du trafic aérien

 
 
         

En raison des problèmes sans précédent qui affectent encore le trafic aérien en Europe à la suite de l'éruption volcanique en Islande, la Conférence d'Oslo sur la violence armée: Réaliser les objectifs du millénaire a été annulée et n'aura pas lieu comme prévu. A sa place, les organisateurs, le Gouvernement norvégien et le PNUD organiseront à Genève le mercredi 12 mai 2010 un évènement sur la violence armée et le développement, afin d'offrir une occasion de présenter et d'adopter la dernière version en date des engagements d'Oslo qui a été envoyée le 16 avril à toutes les délégations. Le Ministre norvégien des Affaires étrangères présidera la réunion. Pour de plus amples informations sur l'annulation et le suivi, consultez le the site de la conférence. On trouvera sur le même site quatre Documents d'information générale très utiles.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Rencontre du réseau de la Déclaration de Genève au Forum urbain mondial au Brésil

 
 
         

Le secrétariat de la Déclaration de Genève (DG), conjointement avec le Small Arms Survey (contrôle des armes légères et de petit calibre), le PNUD et le Bureau Quaker auprès des Nations Unies a organisé le 24 mars une table-ronde pour les participants au Forum urbain mondial qui se tient à Rio de Janeiro. Près de 80 personnes y ont assisté. Intitulé "Réduction de la violence urbaine: du niveau local au niveau mondial", ce débat a permis à des chercheurs et des praticiens du terrain actifs dans le domaine de la prévention et de la réduction de la violence urbaine à Rio de Janeiro, Sao Paulo et Baltimore de parler de leurs expériences. Les orateurs ont montré que la violence et l'insécurité urbaines sont en rapport avec un ensemble complexe de facteurs de risque, notamment l'urbanisation rapide et les inégalités sociales et économiques, et que la sécurité et la liberté sont étroitement liées. Au cours de la discussion, on a souligné que même s'il n'y a pas de solutions simples à des problèmes complexes, les villes peuvent jouer un rôle très important dans la prévention et la réduction de la violence. Cette rencontre a aussi suscité une réflexion critique sur la manière dont les institutions métropolitaines et les acteurs locaux peuvent influencer et mobiliser les politiques nationales, de même que des programmes multilatéraux (comme le PNUD) et des initiatives comme la Déclaration de Genève. En tant que processus à l'échelle mondiale, la DG accordera plus d'attention aux compétences et aux expériences des maires, des fonctionnaires et des acteurs de la société civile dans les villes gravement touchées par la violence armée.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Table ronde de la Déclaration de Genève au Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime au Brésil

 
 
         

Le 15 avril, le secrétariat de la Déclaration de Genève, le PNUD et le Bureau Quaker auprès des Nations Unies (QUNO) ont facilité la tenue d'une table ronde de six personnes au cours du 12ème Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale à Salvador, Brésil. Le Congrès international a rassemblé plus de 3'000 participants venus des milieux de la police, de la justice et du secteur pénal. Des représentants d'agences gouvernementales et non-gouvernementales d'Amérique latine et des Caraïbe, ainsi que de la Déclaration de Genève et de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), ont pris part à la table ronde. Celle-ci avait pour but de mettre en lumière des activités locales et des initiatives communautaires efficaces, s'inspirant de méthodes liées au développement, pour prévenir et réduire la criminalité. Pour plus d'informations sur la table ronde de la DG, cliquez ici. Pour un bref rapport sur la Conférence des Nations Unies, consultez le site de l'UNODC.

 

> Haut de page

 
  Quantification et recherche Measurability  
 
 

Un plaidoyer solide et un bon établissement de programmes reposent sur des preuves bien fondées. De bonnes preuves, à leur tour, dépendent d'une recherche sérieuse. Le processus de la Déclaration de Genève soutient la recherche aux niveaux national et local, afin de pouvoir intervenir en toute connaissance de cause, mais aussi pour promouvoir la prise de conscience quant aux risques et aux dangers qu'entraînent la violence armée et le sous-développement. Les faits qui suivent sont des exemples de recherches innovatrices et pionnières qui ont éclairé les liens existant entre la violence armée et le développement.

 
 
     
 
 

Déclaration de Genève: Atelier d'experts sur la violence contre les femmes

 
 
         

La violence armée est fortement marquée par le genre, tant dans ses causes que dans ses conséquences. Dans toutes les sociétés touchées, les jeunes hommes sont le plus souvent les auteurs, et aussi les victimes immédiates des agressions à main armée, mais les femmes souffrent de manière disproportionnée de violences sexuelles et de celles que leur infligent leurs partenaires proches. Au cours d'un atelier qui s'est tenu à Genève les 25 et 26 mars 2010, des experts ont discuté les défis méthodologiques et l'état de la recherche sur les coûts, les conséquences et les manifestations de la violence contre les femmes. Rashida Manjoo, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la violence contre les femmes, y a pris part avec plus de 35 autres participants. Ceux-ci ont réfléchi à la manière dont on peut utiliser les recherches et les faits en vue d'établir des programmes et à la façon dont on pourrait promouvoir, aux niveaux mondial, régional et national, un système permettant de mesurer et de surveiller la violence contre les femmes et son impact sur le développement. Pour télécharger le rapport, cliquer ici.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Projet Bilan en matière de sécurité humaine au Soudan (HSBA)

 
 
         

Il s'agit d'un projet de recherche devant durer plusieurs années, administré par le Small Arms Survey, un projet de recherche indépendant de l'Institut universitaire de hautes études internationales et du développement. Grâce à la production active et à la diffusion de recherches empiriques actuelles, ce projet soutient les initiatives de réduction de la violence. Il publie régulièrement les résultats de ses études sous deux formes différentes: de brefs résumés de la situation (Issue Briefs) et des documents de travail (Working Papers), ainsi que des commentaires occasionnels (op-eds) et des articles de nature pratique. Les articles ainsi que les documents de travail sont disponibles en anglais, en arabe et en français (lorsqu'il s'agit d'études sur la République centrafricaine et sur le Tchad) Pour de plus amples informations sur le projet HSBA, voir le site.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Oxford Research Group: Enregistrer les victimes des conflits

 
 
         

Actuellement, la plupart des données disponibles sur les victimes de la violence armée et des conflits se basent sur des chiffres globaux et sur des estimations. Ce projet ambitieux, piloté par l'Oxford Research Group, vise à créer la capacité technique et à susciter la volonté politique d'enregistrer de manière exhaustive chaque victime de conflits armés. Des données complètes de ce type permettront d'élaborer des politiques et des programmes plus efficaces en vue de réduire la violence armée. En outre, il jouera le rôle de "mémoire pour la postérité et de reconnaissance de notre commune humanité dans le monde entier". En une première étape, un réseau international de travailleurs de terrain a été lancé en 2009 afin de rassembler les nombreuses organisations locales qui s'efforcent, chacune pour son compte, d'enregistrer les victimes des conflits dans les zones où sévit la violence, dans le monde entier. Actuellement, la plupart de ces organisations travaillent sans lien les unes avec les autres, aussi le réseau des acteurs du terrain leur permettra d'élaborer des méthodes, des outils et des systèmes d'enregistrement communs. Le projet plaide aussi en faveur de la participation active des Etats et des organismes internationaux à l'enregistrement des victimes, et de l'établissement de règles afin d' en faire une obligation pour les parties aux conflits. Pour plus d'informations, consulter le site du projet.

 

> Haut de page

 
  Programmes Programming  
 
 

Le processus de la Déclaration de Genève invite tous les Etats membres des Nations Unies ainsi que les ONG à adopter des méthodes proactives et globales de prévention et de réduction de la violence armée sur le terrain. Heureusement, des milliers d'initiatives visant à réduire la violence sont actuellement en cours dans le monde. Nombre d'entre elles s'inspirent de perspectives liées au développement pour combattre la violence. Le choix que nous offrons ci-après ne présente qu'une esquisse de ce qui se fait chaque jour dans les communautés touchées. Pour encourager la formation et améliorer la pratique, le Groupe pilote de la Déclaration de Genève aide un certain nombre de "pays-cibles" à projeter, planifier, mettre en œuvre et évaluer leurs activités visant à la réduction de la violence. On trouvera des informations à ce sujet à l'adresse: www.genevadeclaration.org.

 
 
     
 
 

Brésil: Occuper les jeunes, c'est diminuer le taux des homicides

 
 
         

Actuellement, neuf cents jeunes participent à des ateliers artistiques, sportifs et culturels à Cabana do Pai Tomás dans un quartier défavorisé de Belo Horizonte, capitale de l'Etat de Minas Gerais enclavé à l'intérieur des terres. L'Université fédérale de Minas Gerais (UFMG) et le gouvernement de l'Etat ont lancé en 2002 ces ateliers, ainsi qu'un certain nombre d'autres initiatives qui visent à faire baisser le taux des homicides; c'est le programme Fica Vivo! (titre que l'on peut traduire par "Soyez futés / Restez en vie!"): voilà un exemple réussi de politique publique de prévention de la violence. En 2002, on enregistrait 36 homicides dans une région comptant 24'000 habitants. En 2006, le chiffre des homicides enregistrés était tombé à 12, une tendance que l'on retrouve dans des populations voisines. "Ici, je ne fais pas que donner les cours de capoeira," déclare Márcio da Silva, âgé de 25 ans et responsable des cours de capoeira au Centre pour la prévention du crime (NPC) de Cabana depuis 2004. "Je m'efforce de prendre contact avec les jeunes qui viennent ici, je leur parle de la drogue, de la violence, et je prends soin de faire le lien avec ce qui se passe dans leurs quartiers." Il insiste sur le fait que Fica Vivo! ne concerne pas seulement la culture et les loisirs. Pour télécharger l'article, cliquez ici.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Kenya: Les programmes d'Oxfam GB intègrent la réduction des conflits et le développement

 
 
         

Active au Kenya depuis 1963, l'organisation Oxfam se préoccupe tant du développement à long terme que de la promotion d'une société plus pacifique et moins conflictuelle. Comme l'a montré la violence qui s'est déchaînée après les élections de 2008, la pauvreté, l'inégalité, le chômage et la corruption sont des facteurs importants qui sous-tendent la violence. Oxfam concentre son action sur les régions les plus pauvres: la zone aride du nord et les bidonvilles de Nairobi. Dans ces deux zones, l'absence de paix et de sécurité est un obstacle majeur au développement et à la réalisation des Objectifs du millénaire. Pour y répondre, Oxfam met en œuvre des programmes qui visent à améliorer dans les communautés les capacités à résoudre les conflits de manière pacifique, au travers de conseils pour la paix et de mécanismes de la justice traditionnelle. Ces interventions ont lieu conjointement avec des projets de développement qui répondent aux problèmes sous-jacents de la pauvreté et de l'inégalité: génération de revenus à Nairobi, ou aide pour obtenir un prix équitable pour le bétail dans le nord. Ces programmes intégrés ciblent à la fois les conflits qui sont la cause immédiate de la violence et ses racines profondes. Pour de plus amples informations, consultez le site Internet.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Sierra Leone: Colloque inter-agences sur les armes légères

 
 
         

La Commission sur les armes légères de Sierra Leone a organisé les 11 et 12 mars 2010 à Makeni, au Nord du pays, un colloque de synergie inter-agences. Le thème en était "Créer des partenariats et une coordination efficaces pour l'établissement de la Commission sur les armes légères et de petit calibre en Sierra Leone." Cette rencontre a réuni des parties prenantes des milieux de la sécurité et du développement, et notamment des services gouvernementaux, des forces de sécurité, des médias et d'autres encore. Les orateurs ont reconnu que la présence sur le marché et l'utilisation d'armes à feu illégales continue à constituer une menace pour la sécurité et la stabilité du pays, même si de nombreuses années ont passé depuis la fin du conflit en Sierra Leone. Ils ont noté que quatre-vingt douze chefferies du pays ont volontairement livré leurs armes en échange du développement et ont apprécié les apports des programmes Armes contre développement, organisés avec l'aide du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). (Awareness Times, Sierra Leone, 17 mars 2010). Voir le texte complet du communiqué.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Dialogue international sur la violence juvénile et l'usage de couteaux

 
 
         

Un dialogue international sur les politiques face à la violence juvénile et l'usage de couteaux a été organisé par le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe et c'est le Département de la santé en Angleterre qui l'a accueilli les 14 et 15 septembre 2009 à Londres. Décideurs, chercheurs et praticiens venus de huit pays ont examiné les présentations sur l'ampleur de la violence due à l'usage de couteaux, les facteurs de risque et les interventions. Les participants ont reconnu qu'il importe de prendre des mesures secondaires et tertiaires visant à réduire le port de couteaux et de s'occuper de groupes et de situations à risque. Il est cependant très nécessaire de s'attaquer aux causes profondes de la violence par la promotion de "bonnes solutions", notamment des programmes destinés à améliorer le rôle des parents, à favoriser l'adaptation sociale, à lutter contre les abus dangereux d'alcool et d'autres substances, à réduire l'accès aux armes et à promouvoir plus d'équité. Un rapport sur les jeunes et l'usage des couteaux est en préparation et sera présenté lors de la Conférence sur la sécurité qui aura lieu à Londres en septembre 2010. Pour plus d'informations, prenez contact avec le Dr. Dinesh Sethi (din@ecr.euro.who.int).

 

> Haut de page

 
  Publications  
 
 

Pour d'autres publications, consultez aussi le site de la Déclaration de Genève.

 
 
     
 
 

Rising from the Ashes of Conflict

 
 
         

La plupart des études concernant les conflits se centrent sur le niveau national, mais le présent volume se place au niveau communautaire. Publié en 2009 par la Banque mondiale, il examine la manière dont les communautés subissent les conflits violents et se relèvent, et les occasions surprenantes qui peuvent s'offrir aux pauvres de sortir de la pauvreté dans ces contextes difficiles. "Rising from the Ashes of Conflict" (Renaître des cendres du conflit) montre la manière dont la démocratie locale, les associations, les stratégies d'assistance et l'environnement local influent sur la mobilité des pauvres. L'ouvrage examine plus de 100 communautés dans sept pays touchés par des conflits (Afghanistan, Assam en Inde, Colombie, Indonésie Philippines, Cambodge et Sri Lanka). - Narayan, Deepa, and Patti Petesch, eds. 2010. Moving Out of Poverty: Rising from the Ashes of Conflict. New York: Palgrave Macmillan; Washington, DC: The World Bank. Voir le site Internet.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Poster Boys No More: Gender and Security Sector Reform in Timor-Leste

 
 
         

Les analyses des processus de Réforme du secteur de la sécurité (SSR) sous l'angle du genre font cruellement défaut dans les ouvrages sur la Réforme du secteur de la sécurité. Dans cette nouvelle publication, l'auteur examine les dimensions de genre dans les processus DDR (Désarmement, démobilisation et réinsertion) et SSR à Timor-Leste, en mettant un accent spécial sur la création de la police et de l'armée. Cette étude examine des questions telles que: la mesure dans laquelle les rôles masculins sont liés à la violence des bandes et aux relations de copinage qui sapent les services de sécurité, la façon dont les femmes ont été incorporées dans les nouveaux services de sécurité et comment les services de sécurité font face à la violence fondée sur le genre. Elle montre que cette perspective des relations entre les sexes peut approfondir notre compréhension des nombreux processus sociaux présents à Timor-Leste et contribue à trouver des solutions à certains des principaux problèmes de sécurité dans ce pays, tout en formulant des recommandations pour les processus SSR qui se poursuivent dans ce pays Pour plus de détails, voir la page internet.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Land Tenure and Violent Conflict in Kenya

 
 
         

Il s'agit du rapport d'une conférence publié par le African Centre for Technology Studies et qui soutient que le statu quo du fermage au Kenya mène inévitablement à des violences. Cependant, aucune réflexion méta-narrative ne peut expliquer la nature changeante des conflits pour la terre au Kenya ou en général en Afrique, où la rapacité, les griefs et d'autres facteurs jouent un rôle. Dans de nombreuses sociétés agraires postcoloniales, l'héritage colonial constitue un modèle faussé de distribution des terres au profit des élites. Des Etats tels que le Kenya sont en train, lentement, d'inverser l'histoire en donnant une base légale aux systèmes coutumiers ou en tentant de créer de nouveaux systèmes de fermage "hybrides". Les auteurs identifient quelques premières implications politiques qui sont clairement en rapport avec les programmes de développement, notamment: mieux rechercher quelles sont les perspectives des personnes touchées dans les communautés locales; diminuer la confiance mise actuellement dans les solutions juridiques; façonner la gestion de la terre en renouvelant ou réanimant les structures au niveau local. A télécharger sur GFN-SSR document library page.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Guinea: Tackling the Crisis

 
 
         

Un document d'orientation publié par le Réseau de construction de la paix en Afrique de l'Ouest (WANEP) souligne que le facteur militaire, ainsi que la réforme de la gouvernance, le contrôle du commerce des stupéfiants et la rétablissement après trauma sont des questions fondamentales dont il faut tenir compte au moment de présenter des solutions à la crise qui continue à affecter le pays et aux menaces permanentes d'explosions de violence. Selon WANEP, les forces de sécurité guinéennes ont un besoin urgent de réforme et de restructuration, car l'indiscipline et l'anarchie sont omniprésentes dans les rangs des forces armées. Rapport sur la Guinée.

 

> Haut de page

 
     
 
 

EU-UN Cooperation in Peacebuilding: Partners in Practice?

 
 
         

Voici un nouveau rapport sur la construction de la paix publié par l'Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR). Il retrace l'évolution des politiques de construction de la paix de l'Union européenne et des Nations Unies et offre un aperçu des tendances mondiales de financement en faveur des Etats fragiles. Télécharger le rapport.

 

> Haut de page

 
     
 
 

Appel aux jeunes cinéastes

 
 
         

En mars 2010, Oxfam a lancé le concours "Filmer la pauvreté" (Shoot Poverty) et invite de jeunes cinéastes à présenter par écrit le scénario d'un bref documentaire sur le thème de l'impact de la violence armée et du commerce des armes sur le développement. Dernier délai d'envoi: 1er juin. On trouvera des informations en anglais, hindi, portugais et espagnol sur le site.

 

> Haut de page

 
  Faites-nous connaître votre avis  
 
 

Pour plus d'informations: Souhaitez-vous faire part d'informations sur des activités en cours dans votre pays et signaler des publications qui traitent de l'interface entre la prévention et la réduction de la violence armée et le développement? Si vous connaissez des projets couronnés de succès, passés ou en cours, dont vous pensez qu'ils pourraient être utiles, partagez-les avec nos lecteurs. Pour prendre contact avec la rédaction, envoyez un e-mail à l'adresse: newsletter@genevadeclaration.org.

Ce bulletin est publié et diffusé par le Bureau Quaker auprès des Nations Unies (QUNO) à Genève; il cherche à sensibiliser ses lecteurs aux questions et aux programmes liés au développement et à la violence armée et à accroître l'engagement en faveur du processus de la Déclaration de Genève. QUNO a été chargé par le groupe des Etats adhérant à la DG d'informer la société civile sur le processus de la Déclaration de Genève.

 
 
 
 
  

HOME   |   THE GENEVA DECLARATION   |   ADVOCACY   |   MEASURABILITY   |   PROGRAMMING

  
 
 

© Déclaration de Genève sur la violence armée et le développement

 
 
 

Email: info@genevadeclaration.org

 
 
 

Web: www.genevadeclaration.org